Epuisée

Comment un gamin de 11 ans peut-il prendre autant d’énergie ?

La journée de classe devient un bras de fer permanent … Il m’use complètement, surtout que d’autres derrière veulent l’imiter. Entre lui, le reste de la classe et la gestion du double niveau, je suis sur les genoux !

Je me sens coupable de ne pas être capable de gérer. L’équipe me soutient, mais il y a peu de solutions et j’ai l’impression que certains pensent que je ne suis pas à la hauteur… J’ai du mal à prendre du recul, à ne pas prendre les choses pour mon compte.

En résumé, chouette demain c’est mercredi et vendredi soir je suis en vacances !

17 Commentaires

Classé dans Vie de classe

17 réponses à “Epuisée

  1. Je compatis.
    Des gamins comme ça, on en a toujours au fil de la carrière, et avec le manque d’aide (et plus de rased sous peu), ça sera de plus en pmlus le cas, de se retrouver à simplement limiter la casse au lieu d’exercer le métier pour lequel on a signé.
    Dans l’histoire récente, sur mon blog, je postais au sujet de Dervichetourneurbrun.
    Un gamin de GS au milieu de 7 autres cas dans une calsse de 25 (chance, que 25) et que je devait tenir genre camisole des quarts d’heure entiers quand il était en crise et par la main le reste du temps.
    J’ai pris 10 kg de stress cette année là que je ‘nai pas perdus depuis, tant pis, mais j’entends maintenant de ses news via l’école privée où il a ‘fait’ son CP, d’où il a été viré ( ben oui, la grande chance du privé c’est qu’on peut filtrer) et par le primaire où il est maintenant et où il met tout l’établissement enrévolution.
    Il est en CE1, donc 4 ans à y tenir.
    je plains mes collègues, mais le reste de leurs classes (je connais cette école) tient bien la route.
    En préélem, le plus fréquent c’est zéro aide, parce qu’après tout, ‘ils’ sont petits.
    mais bien sûr…
    VOilà, à part supporter et essayer qu’il ne bouffe pas tout l’espace au détriment des autres gamin-e-s en classe, que faire?
    Le coller à dark os pour que celui ci ait une vague idée de ce que nous vivons au quotidien?
    Mais surtout, essayer de te protéger toi, tu as encore qqes décennies à exercer….
    Je suis cynique?Bah non, juste il faut avoir se blinder sinon on n’aide pas les gosses qu’on a en charge.

  2. Courage, cocotte !
    Je sais de quoi tu es capable, et honnêtement, tu es à la hauteur de ce job. Quant à la classe : qui n’aurait pas de problème dans ce double niveau ?

    Je sais combien tu es une prof douée, alors ne te laisse pas abattre !

  3. le petit Nicolas

    Qui croit que la pédagogie peut tout ?
    Franchement qui va oser se présenter à ce concours catégorie A accessible à bac+5…

  4. FD

    Je compatis, je comprends, je les récupère, les mêmes, l’année suivante au collège. ça bouffe, ça use, mais il faut se préserver, pour tenir. Pour les autres. Courage…allez, plsu que 2 dodos et après c’est les vacances !

  5. J’apporte ma p’tite pierre d’encouragement… Je les connais, ces zozos là. La seule solution, c’est la méthode koué (Quouet ? Kouait ? Cacahuette ?) :
    1/ se rappeler matin et soir de toutes les grandes réussites de sa vie, pour se remettre sur les railles de la réussite et porter son regard sur des horizons qui chantent.
    2/ ne pas se laisser manger au niveau personnel : rester sur l’axe professionnel coûte que coûte. Et pour ça, prendre du recul (respirer profondément quand l’exaspération gagne, écrire les consignes au tableau plutôt que les répéter 150 mille fois, utiliser le tutorat +++…).
    3/ compter sur l’équipe, et pas seulement pour de doux mots d’encouragement : organiser la prise en charge de cet enfant sur des temps donnés (par l’instit de PS pendant la sieste de ses élèves, l’instit de CE2 pendant le sport des siens etc.) L’idée n’est pas de le sortir totalement de sa classe, mais d’aménager des temps pendant lesquels tu (et tes élèves) pourra souffler et avancer… Et fait du forcing s’il le faut, quitte à paraître faible aux yeux des autres : on s’en fout ! C’est de la responsabilité de toute l’équipe ! Et pendant ces temps, MégaPénible aussi progresse, voire reprend confiance en lui (travail perso, c’est tout bénèf. ). Voilà, voilà… bon courage ! On y croit !

  6. Condoléances, p’tite maikresse…

    D’accord avec Mebahel, ces gamins-là on les enverrait bien à Darkos pour qu’il nous dise quoi faire. Ou qu’il se taise à jamais.
    Ah zut, oui, pardon, le devoir de réserve…
    Allez, on est presque aux vacances.

  7. PtitLu

    Comme je te comprends !
    Année de T1 pour moi, nommée sur trois postes dont un triple niveau à mi-temps…et les (seulement) 19 élèves de cette petite classe de campagne sont des sauvages. Ils n’ont visiblement jamais appris ce qu’était se comporter en élève. Bilan horrifiant et décourageant donc : beaucoup d’enfants sont en difficulté (comment apprendre quand on est dans une classe perpétuellement dissipée ?) et moi aussi, je suis en difficulté… J’essaie d’instaurer un cadre de travail qui me convient mais les mauvaises habitudes reprennent vite le dessus. J’ai l’impression que mon enseignement n’est pas efficace puisque toute activité est gâchée par le comportement des élèves. Sans compter que je suis à mi-temps, et que le collègue que je décharge n’a pas l’air de se formaliser de la mauvaise ambiance qui règne dans cette classe : il fait avec !
    Les vacances arrivent à point nommé : je vais faire le bilan de cette 1ère période, au calme, à tête reposée. Et j’appréhende un peu les conclusions qui vont s’imposer à moi. Mais je vais essayer d’en profiter un peu aussi, pour me reposer et me changer les idées !🙂
    Bonne continuation…
    ambre

  8. nova

    courage, suivre les bons conseils de Mistinguette, à savoir ne pas douter de soi, quémander de l’aide aux collègues si nécessaire, laisser glisser autant que possible et ne pas se laisser atteindre
    je sais que c’est facile à dire
    mais je crois que nous vivons nombreux des situations exténuantes, que ce soit avec des élèves, des parents, des collègues, la hierarchie
    alors, ne pas se taire, ne pas baisser les bras et trouver tout le soutien possible autour de nous
    courage encore

  9. dan

    courage p’tite maikresse…il ya touours un moment où le soleil revient…(c’est ce que je me dis chaque jour depuis que j’habite en normandie)
    on croise toujours se genre de gamin
    moi c’etait l’année derniere:enfant avec n trouble du comportement reconnu mais je suis dans lapetite ecole…alors c’est pas vraiment l’ecole… lors tu te dis que….
    ben tu te dis rien du tout ettu fais du mieux que tu peux pour tenir….
    courage à toi
    je suis certaine que les pessage que tu vas lire sur ton blog t’aideront
    bientot les vacances

  10. Eleanor

    courage courage ! Des cas comme celui la j’en ai eu deux et c’était pas de tout repos. Comme le disait Mistingette, c’est un problème a traiter en équipe. Essai de mettre en place des choses avec tes collègues pour pouvoir te ménager des plages pour souffler.
    En plus, si le gamin et les parents sentent que l’équipe fait bloc autour de toi, ça les incitera peut être à lâcher prise.
    Et puis, il faut essayer de se préserver, mais là, c’est plus facile à dire qu’à faire…
    Bon courage

  11. Euh, si le gamin refuse tellement de suivre les cours normalement, pourquoi continuer à essayer de l’y obliger ? Peut-être que le meilleur service à lui rendre, finalement, c’est de le laisser filer, quitte à rattraper ailleurs et plus tard, et surtout si ça permet à tous les autres de progresser pendant ce temps. Qu’il réalise que la coopération du reste du monde se mérite au lieu de s’arracher par la violence, les disruptions et les menaces.

    Dans une situation pareille l’élève ordinaire perçoit qu’un gamin en particulier capte presque toute l’attention de la maîtresse, ça le pousse forcément à l’imiter, pour essayer lui aussi d’avoir plus d’attention. C’est naturel😦 Dans le nid, c’est le poussin qui braie le plus qui reçoit la becquée.

  12. lanternebleue

    Je comprends chez certains profs la nostalgie de l’époque où c’étaient les enseignants qui molestaient les élèves.😉

  13. Un poussin qui brait… c’est original ! En tous cas, moi, j’imagine bien !

  14. Eh oui, c’est pour ça qu’il y a des CLIS…euh, pardon, qu’il y « avait » des CLIS! Je suppose que si tu ne laisses pas « filer », c’est parce qu’en plus il doit ficher tout le déroulement de la classe par terre, ben oui, ce serait trop facile… j’ai eu une fois un élève terrible en stage, que j’ai fini par décider d’ignorer, avant de devenir folle (il « attendait » une place en hôpital de jour…). Il se mettait debout sur sa table et hurlait toute la journée pour empêcher les autres de travailler…les autres enfants pleuraient, de fatigue et d’impuissance, et le seul moyen de le faire descendre aurait été de se battre physiquement avec lui. Son éducateur était en arrêt maladie, l’éducatrice du rased était en stage de formation et la psy était en congé mat. Tout le monde savait que c’était un cauchemar mais personne ne faisait rien…et ils ont envoyé une stagiaire sur le poste.
    Franchement, ça me déprime un peu de lire tous ces témoignages de souffrance, et encore plus de savoir que ça ne va aller qu’en s’aggravant. Mais tant que les « hauts responsables » balanceront des réformes pour l’école publique pendant que leurs enfants sont bien à l’abri dans le privé, rien ne bougera!
    T_T

  15. Mathildette

    Courage je sais ce que c’est!!
    surtout ne te dévalorise pas ce n’est pas toi qui est nulle c’est lui qui ne va pas bien et qui ne s’adapte pas à ta classe. Ce n’est pas de ta faute. Et les autres nunuches qui prennent le pas derrière essaient de se rassurer en faisant pareil, tu penses mieux vaut suivre le caïd que lui dire « eh Ducon t’arrête de nous empêcher de travailler un peu?! »
    Surtout en ZEP plus tu t’imposes, plus tu as de reconnaissance.
    Si tu veux bien, je veux bien te faire part de mes petites expériences pour t’aider….
    Voilà, ces enfants là me semble-t-il sont très angoissés et l’expriment par de la violence et de l’opposition et c’est vrai, ils sont horriblement chiants!! mais aumoins un adulte fait attention à eux pendant ce temps. Cependant, on ne peut pas les raisonner comme les autres et il faut trouver d’autres chemins pour avant toute chose les rassurer.
    Ils sont aussi angoissés par le temps, et il ne faut pas hésiter à leur dire la durée des exercices des leçons demandées pour qu’ils anticipent, ou leur faire un emploi du temps pour qu’ils suivent et se projettent mieux dans les activités de la journée.
    Des contrats de comportements, des suivis quotidiens du genre météo du comportement leur permettent de mieux se rendre compte sur du long terme qu’ils peuvent progresser sur ce plan.
    ces enfants qui jouent le mauvais rôle n’ont pas l’habitude des compliments, et peuvent y paraître insensibles, mais au contraire, il faut valoriser leur progrès et toujours justifier les sanctions et poser un cadre permanent (tenir sa parole,aller toujours jusqu’au bout et ne jamais caler …. oui c’est dur et épuisant!!)
    Et surtout surtout ne pas entrer dans une relation de haine sinon tout est fini. Il faut sans cesse rappeler un cadre bienveillant, se dire bonjour aurevoir et à demain même si ça ne s’est pas bien passé. Essayer de faire des sortes de de debrifing et rassurer « c’était dur aujourd’hui, mais on en parlera demain, je suis sûre que tu vas réussir à progresser. »
    C’est très dur, des fois on a envie du contraire….
    Voilà c’est peut-être pas grand-chose, ce ne sont pas des recettes miracles mais ce sont des petits trucs qui ont marché avec des enfants très difficiles que j’ai eus, qui améliorent un peu le quotidien…
    Et surtout, vide ton sac, fais du sport, bois un coup vis ta petite vie en dehors du boulot c’est tellement important!
    Bon courage je suis à fond avec toi!

  16. Moi j’ai trouvé un super truc pour être plus « indulgente » avec les élèves casse-pieds! Avoir moi-même un fils qui pose soucis en classe (note que je m’en serais bine passée hein!).
    du coup j’essaye d’appliquer avec eux ce que je pense qui marcherait avec lui (cf. conseils de Mathildette). Plus facile à dire qu’à faire je sais!

    MAthildette: Tu ne veux pas prendre mon fiston dans ta classe?😀 il perturbe sa classe et je pense qu’avec une démarche comme la tienne on s’en sortirait beaucoup mieux

  17. Mathildette

    Sosso!

    je ne te souhaite pas que ton fils soit dans ma classe, c’est une CLIS!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s