La révolte des opprimés

B. est doux comme un agneau. C’est un grand gaillard un peu pataud qui ne sait pas quoi faire de ses membres, et qui a les larmes aux yeux si je le regarde un peu sévèrement (c’est bien le seul de la classe).

Vendredi, il s’est levé en hurlant de sa chaise (alors que normalement j’entends à peine le son de sa voix) : TU VAS VOIR SI JE SUIS UNE TAPETTE, JE VAIS TE CASSER LA GUEULE POUR TE MONTRER QUE JE SUIS PAS UNE TAPETTE…

Et je l’ai arrêté juste avant qu’il n’écrase son poing sur le nez de son insupportable voisin.

Certes je ne veux pas d’escalade de la violence dans la classe et qu’ils se fassent justice eux-mêmes, … mais bon d’un autre côté ça lui aurait peut-être remis un peu les idées en place de se rendre compte que même les gentils ne se laissent plus faire !

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Vie de classe

5 réponses à “La révolte des opprimés

  1. Waou, sportive ta classe !
    Je découvre ton blog et ça m’aide beaucoup à relativiser. Et j’apprécie ta façon d’écrire, tout en nuances ;-).

    Tu dois être en vacances… Repose-toi bien !

    Angie

  2. Bigre, tu es arrivée quelques secondes trop tôt.

    dommage !

  3. Nadine

    Instit moi aussi depuis 18 ans (GS, milieu rural), je découvre ton blog un peu par hasard, justement aujourd’hui où je suis un peu écoeurée de mon boulot que pourtant j’aime beaucoup. Ecoeurée parce que la semaine passée, une mère m’a pris la tête, s’est permis de me remettre totalement en cause parce que pas d’accord avec les évaluations de sa fille (trisomique).
    Mais quand je te lis, je me dis que ce n’est qu’un détail, un incident minime et rien du tout par rapport à ce que tu vis au quotidien ! Relativisons mes petits malheurs …
    Merci de m’avoir aidée à retrouver mon optimisme , c’est un super cadeau de Noël.
    Quant à toi, je suis épatée de voir avec quel sang-froid tu endures tout ça ! Je te souhaite bien vite un poste plus calme et te souhaite de bonnes vacances et de bonnes fêtes de fin d’année.

  4. fanette

    Je ne suis pas dans l’éducation nationale, mais dans l’éducation spécialisée et je me demande bien comment les instits peuvent s’en sortir avec des classes surchargées, en Zep , avec des enfants handicapés.
    L’intégration c’est bien joli dans les principes, mais sur le terrain, qui est bénéficiaire ?? (en sachant qu’un enfant trisomique, « plafonne » à un moment donné, même s’il a été très stimulé).
    Le handicap n’est il pas pour les autres?et l’enseignant ?
    Je précise que je travaille avec des personnes trisomiques, que je les respecte et les apprécie beaucoup parce qu’elles sont drôles et très vraies dans leurs sentiments (et ça c’est un cadeau de Noël tous les jours !)
    Bonnes vacances et bonnes fêtes et bon courage !

  5. fanette

    Désolée si ce n’est pas directement en rapport avec la révolte, je me suis laissée prendre par le com précédent.
    Quant au petit opprimé, ça m’aurait bien plu qu’il parvienne à ses fins !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s